L’art de Savoir

La connaissance est une relation d’amour avec l’inconnu. Connaître intellectuellement les choses ne saura jamais procurer autant de plaisir que de vivre la relation qui existe entre vous et une certaine chose.

Car chaque chose, personne, situation est unique. Le moment où vous dites “je connais”, vous collez une étiquette sur cette chose et ne la voyez alors plus comme elle est. Vous la croyez comme vous la pensez, c’est à dire comme vous êtes capable de la définir et la représenter intérieurement. Cette définition mentale provient d’une expérience passée, ou une information acquise.

Cependant, une pensée est limitée, et limitante.
Peut-on définir quelque chose d’infini avec une ou plusieurs phrases, qui sont, elles, finies ?
Pouvez-vous décrire un arbre dans toute son existence, dans l’infinité de son âme, dans sa connexion au cosmos et à la Terre, simplement avec une pensée ?
Vous pourriez en décrire peut-être un aspect. “Un arbre est un être végétal qui possède des racines et des feuilles”. Voyez comme cette affirmation est limitée. Quel pourcentage de cet être décrivez-vous vraiment ? Celui-ci s’approche probablement de 0.

Imaginez que l’on vous demande de représenter précisément un couché de soleil, tant au niveau des couleurs, des émotions qu’il vous procure, de la relation que vous avez avec cette expérience, et ce avec 4 ou 5 allumettes.
Cela représente à quel point il est limité de définir les acteurs de votre réalité avec des pensées.

Croire connaître, c’est affirmer la certitude que l’on est capable de définir une entité, par une ou plusieurs phrases.
C’est une aberration.

Certes, il est possible de définir, de décrire les choses qui sont physiques, solides, apparentes. Mais décrire les dimensions physiques, émotionnelles, mentales et spirituelles, et ce en même temps et avec totale précision, demanderaient un travail infini. En cela, il faut comprendre que toute définition que l’on a d’une entité, d’un sujet particulier, est limitée.

Croire connaître, c’est penser posséder la chose que l’on décrit dans son entièreté.
Hors, seules l’amour et la connexion véritable de conscience à conscience permet de faire l’expérience d’une entité extérieure à nous. Un état d’ouverture et de total accueil de l’autre, dans tout ce qu’il est, permet de recevoir la vibration sacrée qui existe en l’autre.


La personne qui croit savoir se retrouve souvent piégée à vivre une vie platonique : elle vit une relation entre elle, et les définitions qu’elles a figées dans sa tête. En d’autres mots, elle n’expérimente plus les choses telles qu’elles sont vraiment, mais elle expérimente l’image intérieure qu’elle a crée de la chose. Elle est piégée dans une réalité virtuelle, crée par ses pensées. Alors, elle n’est plus en contact avec les êtres véritables, et avec leurs flammes sacrés. A la place, elle vit une relation avec des images illusoires, issues de son mental, semblables à des images dans un monde virtuel (tel un ordinateur qui n’appartient qu’à vous).

Le savoir n’est pas le fait d’avoir une définition juste des choses, ni d’accumuler le plus de ces définitions possibles.
Ceux qui savent véritablement sont en relation ouverte et authentique avec la vie, la réalité, le cosmos. Ceux qui savent n’ont pas la connaissance en eux, ils l’expérimentent en dehors d’eux (bien que la notion d’extérieur soit relative).
Ils sont en circuit ouvert avec la réalité. Ils ont compris que la réalité étant infinie, et les connaissances possibles étant infinies, ils ne pourront jamais les accumuler suffisamment pour vraiment savoir. Plutôt, ils reconnaissent leur ignorance, c’est à dire le fait qu’ils ne savent pas. Se faisant, ils deviennent purs, libre du besoin de savoir, et ouvert à être traversé par le savoir de la création toute entière.

Savoir est une relation d’amour avec le cosmos. La réalité est l’ensemble de tout ce qui existe. Lorsque l’on se défait du besoin d’accumuler la connaissance, c’est à dire de la posséder à l’intérieur de soi, on cherche au contraire à devenir vide. Car lorsque l’on est vide, on peut se connecter librement à la vie et lui demander tout ce que l’on a besoin de savoir. 

Lorsque l’on n’est RIEN, on peut devenir tout. Alors, c’est une relation de connexion en circuit ouvert : plutôt que tourner en boucle son votre savoir, vous devenez connecté à tout le savoir de la création entière.

On retrouve ce concept dans le “cloud” : le savoir n’est pas localisé dans un appareil particulier, mais plutôt dans le nuage formé par tous les appareils, connectés entre eux.
La vie est un grand “cloud”. Votre conscience n’est pas limitée à votre connaissance. Votre conscience est connectée à toutes les consciences, car la réalité provient d’une essence unique, un esprit qui pénètre toute forme de vie simultanément. Cette énergie détient la connaissance de tout ce qui est. En abandonnant le fait de posséder le savoir, vous pouvez accéder à ce réseau infini de sagesse.

Accepter l’ignorance est un cadeau infini. Car l’ignorance n’est pas un défaut ou une honte, comme vous avez pu l’apprendre dans votre éducation. Bien au contraire, c’est un état d’humilité, de dépouillement de l’orgueil, d’ouverture à la grandeur et la générosité de la vie. Quand vous acceptez que votre ignorance est naturelle, car votre conscience physique est limitée à un seul corps, une seule expérience, et quelques dizaines d’années dans ce monde, alors vous embrassez la possibilité infinie d’apprendre et de grandir, aux côtés de la création toute entière.

Connaître n’a jamais procuré de joie, seulement une satisfaction mentale de penser dominer un sujet. Le besoin de savoir est un piège qui doit être libéré, pour retrouver une relation saine et authentique avec la vie.
C’est l’expansion qui crée la joie, la saveur de la vie qui s’épanouie. Apprendre, connecter de nouvelles choses, explorer la vie et ses infinies vibrations, est l’âme véritable de l’existence. Et cela se fait simplement en s’ouvrir à ce qui est, avec une conscience pure.

Alors, pour savoir, vivez d’une manière nouvelle chaque relation avec la vie et ses acteurs. Abandonnez vos définitions, conclusions et préconceptions, pour connecter aux choses comme elles se présentent à vous. Car en vous reliant à elles, vous connecterez la profondeur ce ce qu’elles sont vraiment, et vous pourrez vivre dans l’instant le “savoir” de cette expérience éphémère.

 

Ce texte a été écrit en utilisant la technique de canalisation (channeling) : en état d’expansion de conscience, je laisse ma conscience connecter à une source d’inspiration puis transmettre un enseignement à travers des mots, pour vous et pour moi.



Vous avez aimé cet article ?
Pensez à le partager à vos amis, connaissances, et sur les réseaux sociaux.
Aidez à propager l'éveil de la conscience et créer un nouveau monde !

Les emails Science du Soi

Eveillez votre conscience, épanouissez votre potentiel et transformez votre vie. Vous recevrez nos vidéos, pratiques, méditations, articles et bien plus.

Les emails sont gratuits, vos informations resteront privées et vous pourrez vous désinscrire à tout moment.


Science du Soi sur Youtube

Découvrez la Sciende du Soi à travers nos vidéos.

Découvrez notre contenu pour vous accompagner dans votre éveil et votre transformation : pratiques, pratiques guidées, méditations.