Ces défunts qui sont toujours ici

La mort n’est qu’une transition mais pour certain elle n’est pas si limpide. C’est la raison pour laquelle certains qui entament le grand passage d’après vie restent bloqués dans un entre-deux. Lorsque l’on a une certaine sensibilité à la réalité invisible, on est amené à être en contact, malgré nous, avec des défunts : des âmes errantes. Cet article vous permettra de comprendre le phénomène et de savoir le gérer.

Ces défunts qui sont toujours ici

Ce matin…

Un lapin. Euh non c’est pas ça…

Ce matin, je me réveille avec un point douloureux au crâne. Un point bien précis me fait mal énergétiquement, sur le côté droit. Cela me prend aussi la mâchoire, et mon chakra du cœur est fermé. Je suis pris par beaucoup d’émotions. Cela fait beaucoup dès le réveil, ce qui ne manque pas de m’énerver un peu. Je prends le temps de me relaxer intérieurement mais les sensations sont toujours là. Lorsque je lui en parle, ma compagne me dit “ce n’est pas ce que tu crois… Regarde si ce n’est pas un défunt”. Elle ressent juste ! Je me rends compte que je ressens l’influence d’un défunt qui est lié à mon corps d’énergie, ce matin. Zut, j’avais complètement oublié que c’était possible, et même fréquent, et à quel point l’influence de ce phénomène est puissant !

Après avoir reconnu le phénomène, je dialogue avec cet être. Je lui fait prendre conscience qu’il est dans l’après vie (car en général ils ne le savent pas), et je l’aide à accepter de vivre pleinement la transition. Il y a des émotions fortes qui l’en empêche : du regret, de la culpabilité, beaucoup de tristesse. De ce que je comprends, il aurait mis fin à sa vie, et évidemment, cet acte a causé et amplifié beaucoup d’émotions lourdes et denses qui l’empêchent de faire la transition correctement. La tension au moment de sa mort perdure, et son intensité le rend totalement bloqué. C’est impressionnant comme les émotions sont intenses. Je l’encourage à choisir le pardon, et à lâcher-prise sur ces émotions. Il a du mal… La culpabilité est un cercle vicieux, un serpent qui se mord la queue sans fin.
Dans mon corps, je peux clairement ressentir l’influence que la présence de ce défunt a. Maintenant que j’ai reconnu son existence, l’impact énergétique qu’il a sur moi prend sens, et je le ressens d’autant plus intensément. Le petit point à la tête, la mâchoire, le cœur… C’est la réaction dans mon corps énergétique à sa présence.
Je lui explique que s’il ne choisit pas de lâcher, il va rester bloquer dans cet entre-deux, et vivre indéfiniment cette souffrance non résolue, ce qui n’est pas très agréable. D’autant plus que s’il choisit de lâcher, il pourra continuer sa route, retrouver la paix et vivre de nouvelles aventures. Et puis moi je veux ben l’aider, mais le fait qu’il soit attaché à moi de cette manière me fait mal, et me fatigue, alors je lui explique gentiment que je n’accepterai pas qu’il reste trop longtemps (être gentil c’est bien mais pas trop quand même, faut se respecter !).
Je sens qu’il accroche mais pas suffisamment. Je l’invite à accepter de voir ce que je vais lui montrer dans un instant. Je demande à son guide de venir, et de lui montrer ce qui l’attend après. Là, je pose l’intention d’amener une “image” énergétique de l’endroit, la dimension, l’espace qui l’attend s’il choisit de lâcher-prise et de vivre sa transition. C’est puissant. Je sens instantanément que cela fonctionne, un grand soulagement se fait sentir, la sensation que tout se passera bien et qu’il peut lâcher.
Je prends le temps de sentir le dénouement énergétique qui se passe en moi, et me sens redevenir libre de nouveau. Je souhaite bon vent à cet être, et invite la création toute entière à l’aider à se pardonner et continuer son chemin.

Pourquoi les défunts sont toujours là ?

Lorsque l’on vit le grand passage, la transition qui nous mène dans l’après-vie, la mort quoi, on fait face à tout ce que l’on est. C’est à dire que tout ce que l’on n’a pas résolu dans notre vie, mais aussi nos attachements matériels et relationnels, ressortent intensément. Nos croyances vis-à-vis de la vie et de la mort conditionnent notre passage et la réalité dans laquelle on transitionne. C’est comme vivre un rêve qui est façonné par ce que l’on est, car dans les dimensions transitoires d’après vie, on crée notre réalité (bien plus que dans la matière). On appelle d’ailleurs les rêves la petite mort, c’est bien pour cela.

Comment la mort se passe “au mieux”

Au mieux, la mort est une transition claire et limpide qui nous invite à lâcher-prise sur tout ce qu’a été notre vie. Nous laissons partir nos attachements, nos relations, ceux que nous avons aimé, ce que nous n’avons pas résolu, notre attachement à notre personnalité, au moi… Nous lâchons prise et nous revenons, progressivement, à la source de ce que vous sommes.
La mort est un retour à la source. Et donc…plus on est séparé de la source, plus on a de chemin à faire.
Certains vivent cette transition comme on passe une porte : ceux qui ont une ouverture spirituelle, connaissant la nature de la réalité et donc de la mort, savent pardonner et aimer la dualité de ce monde comprendront que la mort n’est qu’un grand lâché prise. Dans le bouddhisme, on dit que quand on développe et éveille notre conscience dans la vie, on sera conscient dans la mort. Car l’éveil, c’est retrouver l’amour divin, c’est lâcher-prise sur le “petit moi” et devenir Un avec la création toute entière, .

Pour plus de détails sur ce voyage de transition, je vous invite à lire l’article où je relate cette transition qu’est la mort, que j’ai vécu en voyage chamanique :


Voyage au delà de la mort 

 

Comment la mort se passe “sinon”

Les autres, ceux qui se sont focalisés uniquement sur la matérialité de la vie, vivent un vrai chemin initiatique, qui peut durer des années voir parfois bien plus… Parce ce chemin de retour à la source, ils ne l’ont pas fait étant vivant, et donc ils doivent le faire une fois en transition.

Pour vous rendre compte…
Imaginez que vous vous retrouviez dans l’après vie, et que vous aviez complètement tout oublié, vous ne savez pas comment vous êtes arrivés là, vous ne savez pas où vous êtes, et vous ne savez pas où vous allez. Vous n’avez d’ailleurs aucune idée que l’après-vie existe. Vous ne vous rendez pas compte que vous êtes mort, car la vie est trop importante pour vous, ou alors vous avez laissé des choses non finies. Imaginez que vous vivez alors les plus grosses émotions non résolues de votre vie, et que vous êtes immergés complètement en elle : peut-être du regret, du désespoir, de la colère, de la culpabilité…
Il y a des chances que vous soyez totalement perdus, déboussolés, que vous ne sachiez pas à quoi vous accrocher, et que cela s’ajoute en plus aux choses non résolues qui vous bloquent ici.

Voilà un peu le tableau…
Alors vous imaginez bien que si vous voyez de la lumière quelque part, vous allez entrer sans même toquer, et vous incruster dans l’espoir de trouver ne serait-ce qu’un peu d’aide ou de chaleur.

Une liste non exhaustive de ce qui peut retenir les défunts dans une réalité transitoire :

  • des émotions et conflits intenses non résolus
  • des attachements relationnels
  • des attachements matériels
  • des peurs
  • un attachement au “moi”, au personnage de qui je suis
  • l’absence de croyance de la vie après la mort
  • des croyances limitantes (religieuses par exemple) comme le purgatoire, l’enfer et le paradis, le jugement de dieu
  • une mort violente : choc, accident, suicide, guerre, meurtre…

Une personne qui a une ou plusieurs de ces caractéristiques a bien des chances de passer un peu de temps à “résoudre” cela pour retrouver sa source, et accomplir sa transition. En attendant, ils vont exister dans une dimension transitoire de la réalité : leur corps astral existe toujours bien qu’il ne soit plus lié au corps physique qui les “ancrait” à la réalité physique. Ils deviennent errant, dans une réalité astrale proche de la réalité physique, et ils peuvent être en contact par ce biais avec les vivants.

Fausses croyances sur les défunts

Quand j’ai pris contact avec les défunts pour la première fois, je dois dire que je n’étais pas rassuré… La pléthore de croyances véhiculées par les films, séries et les mythes collectifs contribuent à alimenter une méfiance et une peur. Ce n’est pas évident d’être serein en contact avec quelque chose qu’on ne connait pas, et sur lequel on projette ses croyances et peurs. Mais quand on apprend à les connaître, on s’aperçoit qu’ils sont plutôt inoffensifs… Ils cherchent juste un coup de pouce.

Voici quelques croyances que je souhaite démystifier :

  • Les défunts ne vous veulent aucun mal : ils ne cherchent jamais à vous manipuler ni à vous entourlouper, ils sont juste perdus et cherchent de l’aide
  • Ils ne peuvent jamais vous “posséder”, vous rester et resterez toujours maître de votre véhicule physique, ils sont juste là pas loin de vous, mais il est vrai que leur vibration souvent basse peut vous affecter un peu
  • Ils n’ont aucun pouvoir sur vous, sinon la capacité d’être en lien avec vous. Ils ne peuvent pas “sucer votre énergie” ou squatter de force votre aura. Oui, leur présence peut se faire sentir lourdement, mais ce n’est pas volontaire. C’est comme quand vous avez un ami un peu dépressif dont la présence est lourde…
  • Ils n’ont rien de maléfique : il ne s’agit pas d’entité du mal, de démon, ou autre… Un défunt est un frère qui s’est perdu, qui n’a pas la lumière nécessaire pour retourner chez lui… Il mérite de l’amour et de la compassion, et non du rejet et de la peur

Quand un défunt s’accroche à nous

Vous l’avez compris, un défunt en recherche désespérée s’accrochera à la première lumière qu’il croisera.
C’est pourquoi il est possible, et même fréquent, que dans notre aura il y ait un défunt ou plusieurs qui squattent. Ils viennent se réfugier près de nous, dans la lumière et la chaleur de notre être, espérant recevoir un peu d’aide même s’ils ne savent pas comment.
Cela peut être des gens que l’on connait, de notre famille ou entourage, mais aussi des personnes que l’on a jamais connu, voire des ancêtres d’époques passées…

A partir du moment où l’on a ne serait-ce qu’un début d’éveil de conscience, que l’on a de l’énergie vitale, que l’on a des perceptions subtiles nous permettant de sentir le monde invisible, on a une chance accrue d’être une lumière suffisante pour attirer des âmes perdues. Pourquoi ? Parce qu’ils le sentent. Comme les papillons de nuit avec une source lumineuse : un instinct profond de leur âme les guide vers la lumière.

Comment reconnaît-on la présence d’un défunt ?

Quand un défunt est présent dans notre aura, on peut le sentir intérieurement. Bien que chaque défunt est une personne unique, avec une énergie unique, qui nous fera sentir sa présence d’une manière unique, on peut dire qu’en général la présence d’un défunt est lourde et pesante. Et bien oui, on ressent tout le bagage émotionnel qui le pèse et qu’il cherche à lâcher.
Personnellement, je ressens souvent un mal de tête bien distinct sur le côté droit, une douleur au chakra du cœur, et je sens une présence énergétique dans mon aura. C’est comme s’il y avait “quelque chose de plus que moi”. C’est très subtil…
Pour savoir, posez-vous. Relaxez-vous, respirez. Ressentez votre corps, puis au delà de votre corps.
Vous allez probablement, en tentant de ressentir un défunt, ressentir de la peur vis-à-vis des fausses croyances cités avant. Prenez un instant pour sentir la peur, respirer avec, vous rassurer.
Posez l’intention de sentir s’il y a la présence d’un défunt. Imaginez que vous ressentez le défunt potentiel. En posant cette intention, si le résultat est affirmatif vous devriez sentir des sensations qui s’intensifient dans votre corps émotionnel : vous sentirez des poids au niveau du cœur, de la gorge, de la tête, du ventre… Des émotions qui ne semblent pas appartenir à vous, mais qui sont là en vous.
Au début, ce n’est pas évident de sentir cela car on a peur. Avec un peu de pratique, on peut sentir assez directement la présence de ce genre d’énergies. Prenez le temps dont vous avez besoin. Si vous doutez, reprenez-y vous, et demandez confirmation.

Comment NE SURTOUT PAS aider les défunts ?

Comme je vous ai dit plus haut, les défunts sont des êtes qui un temps étaient vivant. Ils méritent, comme tout être vivant, d’être respectés, aimés et aidés.

J’ai déjà vu certains enseignants que je nommeraient pas, qui traitent les défunts comme de vulgaires moustiques (d’ailleurs, même les moustiques sont aimés par la création) : aussitôt repéré un défunt dans notre aura, ils l’enferment dans une sorte de coque astrale pour le balancer sans aucun ménagement ni conscience loin de nous, vers la lune par exemple… Niveau compassion et amour il y a mieux quand même. Imaginez qu’un jour vous êtes désespérément perdus et en besoin d’aide, vous allez voir quelqu’un, et cette personne, sans vous regarder ni vous adresser la parole, vous enferme dans une coquille énergétique pour vous catapulter dans un endroit que vous ne connaissez pas pour que vous le laissiez tranquille… Bof bof. Personnellement je n’apprécierais pas du tout ! Je pense qu’il est important de ne jamais faire à autrui ce qu’on n’aimerais pas que l’on nous fasse.

Tout est vivant : un homme, un animal, une plante, un minéral… Un défunt aussi est vivant, c’est un être, une conscience, qui est sur le chemin comme nous le sommes. Ils ne sont simplement pas dans la même dimension. C’est important de traiter les autres comme nos propres frères, avec le même amour que nous nous donnerions à nous-même.

Comment aider les défunts ?

Pour les aider, il faut entrer en contact avec eux. Il ont besoin qu’on les aide à prendre conscience d’eux-même, car ils sont perdus et ne voient pas où ils sont et ce qu’ils sont.

  1. La première chose est de reconnaître leur présence.
  2. Ensuite, en utilisant notre conscience, nous nous “branchons” sur eux, c’est à dire nous nous connectons intérieurement à leur énergie. Peut ensuite se mettre en place un dialogue télépathique. Parlez avec vos pensées, avec des images.
  3. Commencez par demander à la personne qui elle est. Ecoutez-là, tentez d’en savoir plus sur elle.
  4. Demandez-lui si elle sait qu’elle est décédée. Car souvent, ce n’est pas le cas, les gens pensent encore être vivant et ne comprennent pas. Expliquez-lui, comme vous le feriez à quelqu’un que vous aimez. Montrez-lui (avec des images). Demandez-lui de demander des preuves qu’il est mort.
  5. Une fois qu’il (ou elle) a pris conscience de sa condition, expliquez-lui qu’après la mort on retrouve la lumière de son âme, on retourne à la source, qu’il est sur un chemin de retour à la maison. Expliquez-lui que s’il accepte de continuer sa route, il pourra continuer à vivre différemment.

A ce moment là, il y a deux cas :

  1. Soit la personne est d’accord pour continuer. Elle était juste bloquée car elle était perdue, ignorante de sa condition, ou ne sachant pas qu’après la mort il y avait une vie. Alors, appelez ses guides ou un être bienveillant proche de lui, capable de lui montrer le chemin et prendre le relais pour l’accompagner dans sa transition. Offrez-lui votre amour et de l’énergie pour continuer le chemin.
  2. Soit la personne ne veut pas continuer. Et là, cela peut être pour une multitude de raison. C’est du cas par cas. Certains seront en colère, d’autres tristes, ou encore apeurés… Il faut écouter, avec les mots mais aussi avec les émotions. Demandez-lui ce qui l’empêche de continuer. Si c’est une émotion, offrez-lui votre présence inconditionnelle, sans mot ni solution, pour juste apaiser et libérer cette émotion.
    Vous aurez besoin d’être le médiateur, et de tenter d’aider la personne à s’apporter ce dont elle a besoin, à être rassurée.
    Par exemple :

    • une personne qui veut absolument rester en contact avec un proche. Expliquez-lui que si elle retourne à la source, elle sera en contact avec tout ce qui est, et donc elle pourra facilement jouir de ce lien qu’elle recherche.
    • une personne qui ne veut pas reconnaître qu’elle est morte : demandez-lui d’appeler quelqu’un qu’elle aime et qui est décédé (un parent par exemple). Elle aura la preuve directe qu’elle est dans l’après-vie.
    • une personne qui ne veut pas abandonner sa vie : montrez-lui que de toute façon, cette vie est finie, s’accrocher ne créera que de la souffrance. En lâchant prise et en continuant, elle aura l’opportunité de vivre d’autres vies, différentes, et y prendre beaucoup de plaisir de nouveau.

Parfois, les défunt sont têtus… Ils sont bloqués sur leur propre souffrance et leur faire entendre raison n’est pas toujours chose facile. Il vous faudra de la patience, de l’amour et de la compassion véritable, comme vous offririez à quelqu’un que vous aimez. Parfois plusieurs choses différentes les retiennent. Il vous faudra écouter votre cœur et votre ressenti intérieur, prendre le temps.

N’hésitez pas à appeler de l’aide : conviez un de vos guide, ou celui de la personne, ou un ange. Demandez du soutien. Demandez des pistes sur ce dont le défunt a besoin.
Quand la personne est prête à partir, demandez à un être bienveillant capable de continuer et prendre le relais pour accompagner le défunt sur la suite de son chemin.

Quand le défunt accepte de partir, vous sentirez nettement dans votre champs d’énergie un soulagement. Vous pourrez même être très touchée vous aussi, pleurer peut-être. C’est un moment merveilleux que d’accepter la mort. J’ai souvent pleuré de soulagement, de joie, en vivant avec des défunts leur transition. C’est un moment plein de magie et d’émotions.
Vous sentirez ensuite que les douleurs énergétiques liées à sa présence s’évanouissent et que votre énergie redeviendra normale.