Je vous propose 30 citations inspirantes provenant du film Le Guerrier Pacifique. On y trouve des enseignements précieux sur l’éveil de soi.

Le guerrier pacifique est un film magnifique qui raconte l’histoire de Dan Millman, un athlète talentueux. Dan va faire la rencontre de Socrate, qui lui dit avoir le pouvoir de le rendre plus fort.
C’est un récit d’éveil de soi. Dan en vient à comprendre le pouvoir de l’esprit, du calme, d’être centré et aligné sur soi. Il apprend à découvrir la beauté de la vie mais aussi à déployer ses capacités.
Le film compte beaucoup de répliques très inspirantes. En voici 30 :

 


C’est le voyage qui nous procure du bonheur, et non la destination.
Ton rôle n’est pas d’aller « quelque part » mais d’être ici.

 


Où es-tu ? Ici.
Quelle heure est-il ? Maintenant.
Qu’est-ce que tu es ? Le moment présent.

 


Il n’y a pas de moment ordinaire.

 


Un guerrier n’abandonne pas ce qu’il aime, il trouve l’amour dans ce qu’il fait.

 


Si tu n’obtiens pas ce que tu veux, tu souffres.
Si tu obtiens ce que tu ne veux pas, tu souffres.
Même si tu obtiens exactement ce que tu souhaites, tu souffres quand même parce que tu ne peux pas t’y accrocher pour toujours.

 


Tout le monde te dit ce qui est bon pour toi. Ils ne veulent pas que tu trouves tes propres réponses. Ils veulent que tu crois les leurs.

 


Tout ce que tu auras jamais besoin de savoir se trouve en toi; les secrets de l’univers sont imprimés dans les cellules de ton corps.

 


Tu peux vivre une vie entière sans ne jamais être éveillé.
L’éveil n’est pas un achèvement mais une réalisation. Et quand tu ouvres les yeux, tout change et rien ne change.

 


L’action se passe toujours dans le présent, car c’est l’expression du corps, qui n’existe que dans l’ici et maintenant. L’esprit du mental est comme un fantôme qui vit toujours dans le passé ou le futur. Le seul pouvoir qu’il a sur toi est d’attirer ton attention hors du présent.

 


Le secret du bonheur n’est pas de chercher à avoir plus, mais de développer la capacité à apprécier quand on a moins.

 


La naissance du mental est la mort des sens.
Tu dois « perdre la tête » avant de pouvoir accéder à tes vrais sens.

 


Ce n’est pas la mort qui est triste mais le fait que la plupart des gens ne vivent pas vraiment.

 


Les gens croient être leurs pensées, et cela leur cause beaucoup de tristesse…

 


Une pensée n’est pas plus réelle que l’ombre d’une ombre. La conscience n’est pas dans le corps; le corps est contenu dans la conscience. Et tu es cette conscience. Tu n’es pas le fantôme de ton esprit mental qui te perturbes tant. Tu es ton corps, mais tu es tout le reste aussi.
Seul le mental résiste le changement. Quand tu te détends hors de la tête, dans ton corps, tu es heureux, entier et libre, ne ressentant aucune séparation. L’immortalité est déjà tiennes, mais pas dans le sens ou tu pouvais l’imaginer ou l’espérer. Tu es immortel depuis avant que tu sois né et le sera bien longtemps après la dissolution de ton corps. Le corps est dans la conscience; ne naît jamais; ne meurt jamais; seulement change.
Ton esprit mental, ton ego, tes croyances personnelles, ton histoire et ton identité : c’est tout cela qui prend fin à ta mort. Mais qui en a besoin, de cela ?

 


Il est préférable de faire une erreur avec toute la force de ton être plutôt que de timidement éviter les erreurs avec un esprit tremblant.
La responsabilité consiste à reconnaître à la fois le plaisir et le prix, l’action et la conséquence, puis à faire un choix.

 


Réveille-toi ! Si tu avais une maladie en phase terminale, et que tu avais peu de temps précieux pour vivre et savoir qui tu es, jamais tu ne gâcherais ton temps dans l’indulgence personnelle ou la peur, la léthargie ou l’ambition.
Sois heureux maintenant et sans aucune raison, ou tu ne le seras jamais vraiment.

 


Tu n’as aucun besoin de contrôler tes émotions. Les émotions sont naturelles, elles passent comme la météo qui change. Parfois c’est de la peur, parfois de la tristesse ou encore de la colère. Les émotions ne sont pas un problème. La clé est de transformer l’énergie de l’émotion en action constructive.

 


Parfois tristesse, parfois joie. Rappelle toi que derrière chacune d’elle il s’agit de la perfection naturelle de la vie qui s’exprime.

 


La peur et la tristesse inhibent l’action; la colère génère l’action.
Quand tu apprends à utiliser correctement la colère, tu peux transformer la peur et la tristesse en colère, puis la colère en action. C’est le secret de l’alchimie interne du corps.

 


Focalise toute ton énergie à construire le nouveau plutôt qu’à te débattre avec l’ancien.

 


Le silence est l’art du guerrier pacifique, et la méditation est son épée.
Avec elle, tu tranches le voile de l’illusion et va au delà.
Mais comprend ceci : l’efficacité de l’épée dépend de celui qui la manie.

 


Incarne ce que tu enseignes, et n’enseigne que ce que tu incarnes.

 


Le guerrier pacifique ne cherche pas la douleur, mais si elle survient, alors il s’en sert.

 


La compréhension est intellectuelle et sur une seule dimension. Elle mène à la connaissance.
La sagesse est tri-dimensionnelle, c’est une compréhension simultanée de la tête, du cœur et de l’instinct. Elle naît de l’expérience directe seulement.

 


Il est préférable pour toi de prendre la responsabilité de ta vie comme elle est vraiment, plutôt que de blâmer les autres ou les circonstances de ton malheur.

 


Les experts dédient leur vie à l’entraînement. Les Maîtres dévouent leur entraînement à vivre.

 


Tout ce que tu vois est au travers de ton voile d’association.
Tu crois avoir « déjà tout vu »; c’est comme regarder un film pour la vingtième fois. Tu vois seulement la mémoire des choses que tu connais, alors tu t’ennuies.
L’ennui c’est l’inconscience fondamentale de la vie; L’ennuie c’est quand ta conscience est emprisonnée dans ton esprit mental.
Tu dois perdre la tête pour accéder à tes sens véritables.

 


Le bonheur n’est pas seulement quelque chose que tu ressens. C’est ce que tu es.

 


Tu n’as besoin d’aucune raison pour être heureux. Et si c’était le cas, cette raison pourrait disparaître.

 


Il n’y a pas de chemin qui mène au bonheur. Le bonheur est le chemin.
Il n’y a pas de chemin qui mène à l’amour. L’amour est le chemin.
Il n’y a pas de chemin qui mène à la paix. La paix est le chemin.