La pratique chamanique au service de notre évolution : par les états modifiés de conscience, nous pouvons interagir avec les réalités non ordinaires.  Cette pratique ancestrale est remise au goût du jour et nous fournit des outils d’expansion et de travail sur Soi inestimables.

Je vous propose, dans cet article, d’aborder l’essence de la pratique chamanique.

L’essence de la pratique chamanique

Le chamanisme traditionnel : un système de survie

Qu’est-ce que le chamanisme ?
Le chamanisme s’est développé en différents endroits du globe : en Sibérie, Asie, Amérique du Nord et du Sud…
Traditionnellement, le chamanisme est un système de survie qui a été adopté par de nombreuses tribus, à différents endroits du monde. Il s’agissait de répondre aux besoins du groupe.

Cette pratique est centrée sur la médiation entre les êtres humains et le monde des esprits. Le chamanisme a une dimension communautaire dans le sens où le chamane est au service du groupe, et c’est le groupe qui le reconnaît comme tel.

Car oui, le pilier central du chamanisme est bien-sûr… le Chamane. Il est le médium entre la communauté et le monde des esprits.
Ses fonctions étaient très variées, et on voyait en lui : un guérisseur, un prêtre, un mystique, un voyant, un médium, un guide …

Quelques exemples de pratiques ancestrales chamaniques:

  • Diagnostique et guérison
  • Initiations (passage à l’age adulte par exemple)
  • Prédire le temps pour les récoltes
  • Guider le groupe
  • Faire du tort à un ennemi
  • Faire venir le gibier
  • Naissances, attribution de noms
  • Accompagner l’âme des morts

Le chamanisme est un système où le rituel tient une place importante : c’est au travers de cérémonies que le chamane opère, avec le groupe. Le feu, la danse, le chant, et parfois les plantes tiennent une place importante

Il y a le folklore attribué au chamanisme : les plumes, les costumes, les danses, les rituels, les plantes…
Mais l’Âme du chamanisme est bien plus simple que cela : c’est un système d’évolution au service de l’humain, qui permet une interaction profonde avec ce qui est, au travers de réalités non ordinaires.
C’est pourquoi il est de retour de nos jour et a un succès grandissant dans les communautés de développement personnel et spirituel.

La Cosmologie du chamanisme

La cosmologie est la carte et la structure de la réalité qui est utilisée, propre à un courant, un individu, une tradition. Dans le chamanisme, c’est la suivante :

  • Il existe une réalité ordinaire : le monde manifesté physique
  • Il existe une réalité non ordinaire : les mondes invisibles
    • Les mondes d’en bas
    • Les mondes du milieu
    • Les mondes d’en haut

La réalité ordinaire est celle que vous voyez au premier abord tous les jours, il s’agit de tout ce qui est manifesté dans votre vie physique, votre corps, votre vie, votre famille, votre travail, vos possessions …
C’est l’aspect matériel des choses. Cet aspect matériel, n’existe que par votre observation présente. Cela signifie que le monde ordinaire est un monde qui est manifesté ici et maintenant. Il existe ici, et il existe dans le maintenant. C’est notre réalité spatio-temporelle présente.

Maintenant, il existe aussi les réalités non ordinaires. Ce terme signifie qu’il s’agit des réalités auxquelles on n’a pas accès de manière directe, ce sont celles qui sont cachées, occultées par la matière. Il est possible d’accéder à ces types de réalités au travers des états modifiés de conscience.
Nous voulons bien-sûr parler des mondes de l’énergie, de l’esprit, de l’émotion, du mental, etc …
Ces mondes-là sont les mondes qui sous-tendent la réalité ordinaire, ils y sont connectés d’une certaine manière, et c’est pourquoi ils nous intéressent dans le chamanisme.

On peut différencier plusieurs types de mondes différents : ceux d’en bas, du milieu et d’en haut.

Les mondes d’en bas et d’en haut sont des mondes élevés, dans le sens où ils ne sont pas sujets à la dualité ni au temps.
En cela ils sont des mondes de potentiels infinis. Ce sont des mondes de Lumière, d’Amour, de Paix, de Ressources, de Valeurs…
Ces mondes-là n’ont pas de limites : ils sont réalisés, parfaits.
La vie existe dans ces réalités, sous une forme bien différente évidemment. Sans temps ni dualité, les conditions d’incarnations n’ont rien à voir avec notre monde terrestre.

Les mondes d’en bas sont ceux qui sont reliés à la Terre (il s’agit de notre connexion avec la Terre, la Mère, la matière, la vie, nos chakras ou circuits de conscience terrestres).
Les mondes d’en haut sont ceux qui sont liés au Supra-Terrestre (on parle ici de notre connexion au Ciel, au Divin, aux mondes subtils et invisibles, à la mort, à nos chakras ou circuits supérieurs)
Nos guides spirituels sont issues de ces mondes.

Les mondes du milieu, quant à eux, sont des mondes de dualité. On pourrait dire qu’il s’agit de la contrepartie invisible de notre monde matériel. Dans ces mondes là existent le temps et la dualité. On retrouve ici les esprits de la nature (plantes, arbres, animaux, …), et tous les autres esprits incarnés sur la terre (pas forcément de manière physique et visible). Le feu est un esprit puissant du monde du milieu, comme l’eau, la terre, l’air…

Le Chamane : pont entre les mondes

Le chamane est un expert en états modifiés de conscience.

Les mondes non-ordinaires sont sont des mondes auxquels on accède par l’intérieur. C’est grâce à notre sensibilité et notre écoute intérieure que nous sommes capable de développer une proximité avec ces mondes-là.
Le chamane, c’est justement cela : c’est un voyageur entre les mondes.

Le chamane est une personne qui a développé une sensibilité aux mondes subtils : de l’énergie, de l’émotion, du mental et du spirituel. Il est en contact avec les consciences, les énergies, les esprits, les essences…
Grâce a un pouvoir d’intériorisation, il a la capacité de rentrer en transe afin de basculer sa conscience dans différentes réalités. Il est capable de voyager dans ces réalités alternatives, à la recherche d’information, d’interaction, de guidance, de guérison… Pour lui-même et pour le groupe.

La transe est une capacité à lâcher prise sur cette réalité afin de voir apparaître, à l’intérieur, les autres. Bien que souvent associée à un travail laborieux ou à des moyens extérieurs (hypnose, plantes psychotropes, méditation guidée …), il est possible de développer une capacité à rentrer en transe très rapidement. Avec un peu de pratique, on peut rentrer en transe en quelques minutes voire secondes.

Le voyage chamanique est la pratique centrale du chamane : il s’agit d’un voyage intérieur qui permet de s’immerger dans les réalités non ordinaires, d’y naviguer et d’y interagir, avec un but et une intention précise.
On pourrait relier cela au voyage de l’âme, voyage multidimensionnel, voyage astral, voyage de l’esprit, projection de conscience… Tous ces termes sont des métaphores signifiant que l’on se connecte à un flux de réalité dont l’expression est différente de la réalité physique mais qui y est relié d’une certaine manière.

C’est l’intention qui permet au chamane de connecter telle ou telle réalité. En cela, devenir un Chamane efficace demande d’éclaircir son être au niveau psychique, et un certain travail de purification, de développement de concentration et d’écoute intérieure.

Le chamane aspire à la maîtrise des états modifiés de conscience, car c’est littéralement la porte vers les autres mondes. Il est aussi capable de créer une atmosphère qui lui permet de mettre le groupe en contact avec certaines énergies ou esprits. Il est un médiateur.

La panoplie du chamane

La sensibilité est l’instrument principal du chamane. Sa sensibilité est son ouverture, sa vulnérabilité, son radar. Ses perceptions sont ses guides : son oeil et son ouïe intérieurs, son intuition, le ressenti de son corps et son discernement lui permettent d’interpréter les informations et flux d’énergie avec lesquels il est en contact. C’est à travers ceux-là que le chamane est capable de percevoir les mondes subtils non ordinaires. Développer ces capacités demande un travail sur Soi : d’intériorisation et écoute de Soi, transparence et alignement.

La nature tient une place primordiale dans la pratique chamanique. La nature, c’est le retour aux racines de notre existence. C’est elle qui nous soutient, qui nous ressource, qui nous accompagne tout au long de notre vie. La nature, c’est le berceau de la vie et de l’évolution, c’est notre terrain d’évolution.
Le minéral, le végétal et l’animal constituent des stades de l’évolution primaires. En temps qu’humain, nous avons dépassé ces stades là et sommes sensé les avoir intégrés. Cependant, ils ont beaucoup d’enseignements à nous transmettre lorsque l’on sait les écouter. Les esprits de la nature ainsi que les Dévas et les animaux de pouvoirs sont aussi des alliés reliés à la nature, qui peuvent nous aider en temps que chamane.
La nature est littéralement notre socle de vie : abondance, énergie, ressources, sécurité, confiance.

Le tambour est l’instrument allié du chamane : c’est lui qui permet de rentrer en transe et d’accompagner le chamane dans ses voyages. Son rythme régulier permet d’induire un état modifié de conscience dont le chamane se sert pour rejoindre les réalités parallèles. Au delà de cela, le tambour rythme les séances chamaniques en accompagnant par sa présence et sa puissance le chamane.

Les esprits alliés : ce sont eux qui guident le chamane dans les mondes subtils. Ils servent d’accompagnateurs, de Maîtres, d’instructeurs, de guérisseurs, de source d’inspiration, de guides, de conseillers, et mettent à contribution leur énergie, leur spécialisation et leur potentiel infini. Le chamane les sollicite souvent car ils sont ses alliés précieux.
Le chamane va souvent canaliser les énergies de ses alliers et servir d’intermédiaire : ce n’est pas lui qui soigne, ce sont ses esprits qui soignent à travers lui. Il suffit de faire une séance avec et sans nos esprits alliés pour voir que la différence est gigantesque. Lorsque nos alliés sont avec nous et travaillent à travers nous, on a une direction précise et de grandes ressources pour le travail.

Ils existe des esprits alliés reliés aux mondes d’en bas et d’en haut. Ceux-ci sont généralement différents.
Les animaux de pouvoir (animaux totems, ou encore animaux alliés) sont en général les esprits qui sont associés aux mondes d’en bas, les mondes reliés à la terre.
Les guides spirituels sont quant à eux plutôt reliés aux mondes d’en haut.
« Connaissez vos esprits » disait Mickael Harner (anthropologue qui a « importé » le chamanisme en Europe). Le chamane connait ses esprits, il sait avec qui il travaille.

Le groupe a une place importante dans le chamanisme. Bien qu’il ne soit pas nécessaire d’être en groupe pour pratiquer, celui-ci apporte une dynamique tout autre : une sorte de synergie des intentions s’opère et rend sa pratique en groupe bien plus puissante.
Et bien oui, le chamane est au service du groupe et c’est pourquoi il permet d’en canaliser les énergies. Par exemple, les rituels d’initiation et de soin sont souvent bien plus puissants en groupe…

Éliminons ce préjugé : les plantes psychotropes ne sont pas du tout indispensables à la pratique chamanique. Bien au contraire, leur utilisation est minoritaire. Elles constituent une porte d’entrée vers les réalités alternatives, certes, mais au même titre que le tambour, le chant, la danse… Celui qui associe chamanisme et drogue se trompe totalement.

Le chamanisme aujourd’hui : une porte vers Soi

Le chamanisme est de retour !
L’homme qui s’éveille ressent souvent cet appel de retour à sa source, à ses racines, et le besoin d’aller vers une ouverture intérieure mais aussi parallèle : c’est à dire avec Soi-même de manière plus profonde, et aussi avec les autres expressions et formes de la réalité.

C’est cela que peut offrir le chamanisme :

  • Développer sa pratique des états modifiés de conscience
  • Travailler avec le Tambour, le chant, la danse
  • Voyager dans les mondes subtils avec une intention précise
    • Obtenir des informations
    • Développer une relation avec nos esprits alliés
    • Connecter des ressources, des capacités, des spécialités
    • Soin et guérison
    • Travail sur soi à un niveau subtil et profond
  • Travailler en groupe et avec le groupe
  • Suivre un chemin initiatique (des initiations symboliques personnelles qui font passer des paliers d’évolution)
  • Explorer, apprendre, découvrir par soi-même

Nous sommes tous chamanes, dans le sens où, c’est notre sensibilité humaine naturelle, notre connexion à la terre et au ciel qui nous donne ces pouvoirs. Ils sont innés et ne demandent qu’à être révélés. Chacun a la capacité d’écouter à l’intérieur de soi, d’être en contact avec ses esprits alliers, et même avec les mondes subtils.
Le chemin chamanique est un chemin initiatique car on apprend, au travers de sa pratique, à se redécouvrir soi-même, à travailler sur sa personnalité afin de se rendre transparent et de laisser rayonner cette lumière intérieure qui est en nous.

Le chamanisme nous apprend à voyager à l’intérieur, et à recontacter cette beauté et cette abondance qui se trouvent naturellement en tout ce qui est. Nous apprenons à redevenir créateurs de notre réalité en interagissant d’une manière profonde et multidimensionnelle avec elle.

C’est l’ouverture à Soi au service de l’évolution !

Recherches utilisées pour trouver cet article :hypnose chamanique