L’éveil est un chemin d’ouverture de la conscience que chacun peut vivre. S’éveiller, c’est se reconnecter à son être profond et retrouver les capacités de l’être conscient que nous sommes, afin d’avoir un plus grand pouvoir personnel pour créer sa réalité et être heureux.
S’éveiller et devenir une nouvelle personne, plus ouverte et plus consciente, passe aussi par le changement de nos habitudes de consommation.

Voici 3 habitudes saines pour aller vers plus d’éveil et de bien-être.

3 habitudes saines pour soutenir l’éveil

Manger sain : manger bio

La nourriture biologique est le retour évident et naturel à une alimentation plus saine.

Au delà d’un « délire écolo » ou d’une « tendance hippie », manger bio est aujourd’hui simplement un service que l’on se rend à soi-même : il s’agit du choix totalement naturel et logique de manger une nourriture éthique, exempt de produits chimiques, avec une qualité énergétique forte. En somme, il s’agit de s’alimenter avec du bon carburant.

Ce n’est pas quelque chose d’extraordinaire que de choisir de manger mieux, c’est quelque chose de totalement normal. Ce qui n’est pas normal, c’est d’accepter de manger de la nourriture d’une qualité totalement mauvaise. En effet, au delà des apparences, des emballages soignés et en couleur, des messages marketing positifs et inspirant, des publicités ventant les mérites miraculeux ou le goût soit-disant divin, il existe la réalité des faits : les produits que l’on achète en supermarché sont issus d’une culture et d’une industrialisation intensive, sans vie, et bien souvent sans éthique. De plus, les procédés et les produits utilisés pour leur fabrication sont souvent très nocifs pour la santé.

Les fruits et légumes « classiques » sont souvent plein de pesticides : vous savez, ces substances ultra chimiques et agressives. Inutile de parler de leur dangerosité, il parait totalement évident que consommer des produits dont toute la vie a été aspergée par ces produits est mauvais. Le bon sens voudrait que l’on ne consomme jamais ces substances toxiques.

Ensuite, les produits du marché « classique » sont la plupart du temps fourrés d’un grand nombre d’additifs :
Colorants, conservateurs, édulcorants, gélifiants, épaississants, émulsifiants et exhausteurs de goûts. Vous savez, tous les additifs dénommés Exxx (par exemple : E624 – Glutamate monoammonique – très toxique). Voici une liste classifiée de ces produits avec leur niveau dangerosité, qui souvent, est bien au dessus du seuil acceptable : Classification des additifs alimentaires.

De nombreuses études sont réalisées sur ces additifs, et la conclusion est souvent qu’ils ne sont pas bons du tout pour la santé. Cependant, ils sont tout de même utilisés dans les produits classiques de supermarchés. Un sens critique normalement constitué voudrait qu’un produit additif dont le nom est imprononçable et suspicieux, et dont les études montrent la dangerosité, ne soit pas dans notre nourriture !

Souvenez-vous que ce que vous consommez, vous le mettez à l’intérieur de vous, vous l’intégrer et c’est littéralement la nourriture qui sert de base à vos cellules pour leur évolution et leur transformation. Alors, prenez conscience que ce que vous ingérez est important. Avant tout, cessons de faire « comme si de rien n’était » concernant l’éthique et aussi les procédés de fabrication. Aujourd’hui, il y a suffisamment de lumière sur tout cela pour devenir vraiment responsable de ce que l’on ingère.

Je ne parle pas de faire la guerre aux industriels ou aux compagnies géantes qui monopolisent le marché avec des produits qui sont nocifs. Je ne parle pas de devenir militant actif ou alors parano concernant tout ce qui peut se trouver dans notre nourriture, et de faire la chasse aux sorcière contre les additifs.
Non, cela n’a que peu d’intérêt, vous perdriez votre énergie et vous opposeriez à un fantôme inconscient. Ce dont je vous parle, c’est de vous préoccuper de vous, et de choisir des réflexes d’alimentation qui sont bons pour vous. Occupez-vous de vous, donnez-vous le meilleur. Nourrissez-vous bien, car c’est votre carburant.

Devenez conscient de ce que vous ingérez et soyez-en responsable. Faites des choix qui respectent votre corps et votre esprit. Commercez avec les revendeurs éthiques et qui vendent de la bonne marchandise. C’est ça, le plus important !

Le végétarisme

L’homme n’a aucun besoin de viande pour rester en bonne santé.

Il s’avère plutôt que, lorsque celui-ci atteint un certain niveau d’éveil de lui-même ainsi qu’une connexion intime à son corps et son esprit, il remarque que la nourriture animale a un effet mitigé sur son énergie interne. En effet, les animaux sont nos amis. Est-ce normal de manger ses amis ?

Manger de la viande est une étape de l’évolution de l’homme : celle de la domination, l’instinctif, l’animal, la survie. Il s’agit d’un réflexe primitif, guerrier et basique de notre nature, qui consiste à manger l’autre pour grandir.
Effectivement, si les arguments qui soutiennent la consommation de la viande sont à priori convaincants quand on ne les remet pas en question, ils perdent tout leur impact si on est réellement honnête en les regardant. Il est dit que l’homme est carnivore (omnivore) et que cela a toujours été ainsi, et que c’est nécessaire pour sa bonne santé.

En réalité, tout tend à prouver que c’est faux : l’homme a une structure dentaire, une mâchoire et une configuration intestinale (longueur) qui s’apparente à celle d’un herbivore. L’homme n’a PAS les caractéristiques d’un carnivore. Pour en savoir plus, voir le site veganisme.fr.

Au delà de toute considération intellectuelle, il s’avère d’une manière très concrète que lorsque l’on est sensible, c’est à dire que l’on a la conscience de soi et de son énergie intérieure, de son niveau de bien-être, on remarque que manger de la viande ou du poisson a un effet plutôt négatif sur notre niveau vibratoire. Cela veut dire que la consommation de telles substances baisse notre énergie. C’est comme si cela réduisait notre niveau de « lumière », notre rayonnement.
Après avoir mangé de la viande, on se sent lourd, on vibre « bas ». C’est un constat, qui se répète encore et encore. Je ne suis moi-même pas encore tranché sur la question viande / pas viande puisque j’en consomme. Cependant, étant donné ma sensibilité et mon ouverture, je ne peux qu’arriver au même constat chaque fois que j’en mange, et presque le regretter étant donné l’effet que cela a.
On pourrait presque croire que derrière le fait de manger de la viande se trouve un besoin bien plus profond, impulsif, un automatisme presque instinctif.

Ce qui est certain, c’est que chacun doit respecter ses propres envies. Il ne s’agit pas de s’interdire ou de s’imposer un mode de consommation comme ceci ou comme cela, il s’agit de devenir conscient de soi, et aussi de ce qui se passe à l’extérieur.
En effet, la consommation de viande est liée à un grand processus d’industrialisation qui, si on est honnête, est totalement inhumain. En effet, des bêtes parquées dans des espaces réduits, ne voyant pas souvent la lumière du jour et jamais l’étincelle d’une vie libre et joyeuse, ne naissent que pour grandir jusqu’au jour où elles deviennent enfin « mangeables ». Ce n’est pas un comportement très « amour et liberté », quand on y regarde de plus près.

Ceci pose un problème lorsque l’on arrive à un certain niveau d’éveil et de conscience. Cela nous oblige à revoir nos choix et ce dans quoi nous impliquons notre énergie, et notre argent (qui est de l’énergie).
A-t’on le droit d’imposer notre volonté à des êtres dotés, eux aussi, de libre arbitre ? A-t’on le droit de dominer ainsi des espèces que l’on croit et dit « inférieures » ?

Non seulement cet acte de domination est préjudiciable pour elles, braves bêtes qui ne demandent rien, mais il l’est aussi pour nous, consommateurs. En effet, ce que nous consommons est de l’énergie. Nous consommons la matière certes, mais tout le bagage émotionnel, énergétique et éthique provenant de la vie et du circuit qu’a traversé l’aliment que nous ingérons. Ainsi, un aliment qui provient de l’exploitation, de l’emprisonnement, de la domination, de la privation d’exister, de la souffrance, de la non-vie n’est pas très propice à fournir une énergie de vie et positive à celui qui le consomme. C’est de la simple logique. N’est-ce pas ?

Ainsi, il paraît raisonnable de savoir revoir nos choix et de mettre de la lumière et de la conscience sur l’énergie que nous consommons. Sans toute fois tomber dans le militantisme ou l’opposition, il est important de savoir devenir responsable de notre place et de ce que nous autorisons et cautionnons, et d’adopter un positionnement qui est bon, pour nous comme pour eux. En fait, comme dans tous domaines, la « vraie spiritualité » nous invite à faire des choix qui sont positifs, bienveillants et pour le mieux, pour nous : pour « moi » et aussi pour eux.

Eviter le fluor

Les fluorures sont nocifs pour la santé : c’est la principale cause de calcification de la glande pinéale.

« Prend du fluor, c’est bon pour tes dents » qu’ils disaient. En fait, ces gens là ne savaient alors pas que le fluor n’octroie rien de bon pour les dents, et, que pire encore, il est très nocif pour la santé. En effet, la glande pinéale, entre autre siège de fonctions hormonales importantes (régissant les autres glandes et donc hormones) ainsi que des rythmes biologiques du corps (sommeil, sexualité, puberté) est mise hors de fonction à cause du fluor.
L’épiphyse (second nom de la glande pinéale) est le principal récepteur du fluor dans le corps. Cela veut dire que dès que l’on ingère du fluor, il va droit à la glande pinéale et s’y agglomère.

Les fluorures ne sont pas la seule source de calcification : le mercure et le calcium (pris en supplément ou dans les conservateurs) eux aussi participent à rendre inerte cette glande des plus importantes. Consommer ces substances a pour conséquence de créer une couche dure au niveau de la glande, qui ne peut alors plus fonctionner normalement.

Chaque glande endocrine est reliée à un certain centre de conscience (chakra) et régit des fonctions particulières de la conscience. La glande pinéale est celle associée au 6ème chakra : appelé centre frontal ou encore 3eme œil. Ce centre a une importance très particulière quant à notre ouverture de conscience : c’est le centre de la volonté de la conscience, de l’intention, de la clarté et du psychisme. Ouvrir son 3e oeil, et remettre en activité sa glande pinéale, c’est reconnecter les capacités de sa conscience, se reconnecter à quelque chose de « plus grand ».

Ainsi, pour soutenir l’éveil de la conscience à une plus grande dimension de la réalité, il est important d’arrêter la calcification de l’épiphyse.
Pour cela, il est bon de :

  • Ne jamais consommer de fluor ou calcium en supplément alimentaire
  • Eviter les dentifrices au fluor
  • Boire une eau la moins fluorée possible (la Mont Roucous étant la moins minérale qui se trouve facilement en grande surface)
  • Eviter les conservateurs et additifs alimentaires (une nouvelle raison de manger bio)